ChezPooky.netAccueilRechercherCalendrierSujets du JourS'enregistrerConnexionFAQPortail

Partagez | 
 

 La poésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pooky
ScratchyCatz
ScratchyCatz
avatar

Age : 47
Mood : roller coaster

MessageSujet: La poésie   Dim 25 Oct - 9:14

Vers ou prose?
Classique ou contemporaine?
Plaisir ou contrainte scolaire??
ou
indifférence ?

__________________________________________________________________________________
:

* Mon compte est bon ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.commeunchatausoleil.com
Colombine
Rainbow catz
Rainbow catz
avatar

Age : 34
Mood : wonder-Colombe
Chuis où? : à l'Ouest

MessageSujet: Re: La poésie   Lun 26 Oct - 8:59

Je vais peut-être me faire jeter des cailloux mais je suis assez indifférente à la poésie. Ca ne me touche pas, j'en lis pas.

J'ai essayé pourtant, du contemporain et du moins contemporain mais je trouve que trop souvent ce n'est pas acessible, du moins pas facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La poésie   Lun 26 Oct - 9:40

Idem, la poésie ne me fait ni chaud ni froid...
Il m'arrive de trouver qu'un vers sonne bien, mais ça ne va pas au delà!

J'en ai lu pas mal à l'époque du bac, mais ça ne me touchait pas du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Andréa
MamaCatz
MamaCatz
avatar

Age : 60
Mood : ❤*mama douceur ❤
Chuis où? : * dans mon midi ♫♪♫

MessageSujet: Re: La poésie   Lun 26 Oct - 10:52

Et bien ça ne m'étonne pas cess réponses personnellement je n'avais rien à faire de la poèsie quand j'était toute jeune (il y a peu de temps;)

Puis j'en ai lu , et surtout j'ai lu des poèmes écris par des personnes qui n'étaient pas poètes a la base
Mais qui écrivaient leurs sentiments en se servant de ce mode là

J'ai a mon tout éssayé d'écrire des petits poèmes , et je me suis rendue compte qu'ills étaient une sorte d'exhutoires a mes sentiments de tristesse , plus particulièrement ..
La nature est aussi souvent "utilisée " en poésie , et je me suis petit à petit interressée a des poètes qui étaient très connus ..
J'ai aussi fait parti d'un atelier dans un forum , et ou des personnes m'ont dit que mes poèmes touchaient parce qu'ils étaient vrais , ressentis..
Evidemment je n'ai pas suffismment de connaissance pour faire des poèmes comme une "pro"
Mais y a t'il des poètes pros , j'espère que non ..
Je sais seulement que j'aime beaucoup lire certains poètes , et surtout toujours plus des poètes amateurs..

__________________________________________________________________________________
 
" Nul ne peut porter la peine de l'autre,
mais marcher à ses cotés est toujours possible . . "
Association Manu"

      :zenmel:  http://le-coin-de-verdure-d-andrea.centerblog.net/
Revenir en haut Aller en bas
Guessemma
DreamyCatz
DreamyCatz
avatar

Age : 34
Mood : bébétifiée
Chuis où? : à Paris

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 27 Oct - 20:57

J'y connais pas grand-chose : ça m'attire, mais ça m'inhibe (comme les musées où je ne sais jamais quoi regarder, en sachant en même temps que c'est idiot, et que je n'ai qu'à regarder ce qui me plaît) : quoi lire, tout le recueil, ou des choses piochées au hasard ? (c'est classique, je crois ;) - j'aime être dirigée...) Et puis c'est exigeant, la poésie : ça demande sans doute une disposition et une liberté d'esprit particulières... Je ne serais pas en état tous les jours de lire des poèmes, alors que je peux presque tous les jours lire des romans. Du coup j'ai lu peu de poésie, et j'ai des goûts d'écolière (Baudelaire, etc...). Dans ce peu (mais j'aimerais découvrir plus), j'aime beaucoup ce texte de Rilke :

La nuit, le jour, la nuit, chevaucher, chevaucher, chevaucher. Le jour, la nuit, le jour... En fatigue s’en va le courage et s’en vient le regret. Il n’y a plus de montagnes, à peine un arbre ; rien qui ose se dresser. Près des fontaines taries se blottissent des huttes. Pas une tour, et la même image partout. On a trop de ses deux yeux. Mais dans la nuit, parfois, on croit connaître la route. Peut-être alors refaisons-nous en arrière le chemin que, sous le soleil étranger, péniblement nous avons parcouru. Peut-être ! Le soleil est lourd, comme en été chez nous. Mais c’est en été que nous sommes partis. Les robes des femmes brillèrent longuement sur les prés.
Maintenant, voici longtemps... sans doute l’automne est là. Du moins là-bas où, tristes, des femmes nous attendent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La poésie   Ven 30 Oct - 15:07

J'ai découvert la poésie via les poèmes d'Aragon mis en musique par Jean Ferrat. Mon père écoutait cela lorsque j'étais gamine. Et je me suis prise de passion pour la poésie de Louis Aragon. C'est dingue comme ses textes me touchent.


Je me tiens sur le seuil de la vie et de la mort les yeux baissés les mais vides
Et la mer dont j'entends le bruit est une mer qui ne rend jamais ses noyés
Et l'on va disperser mon âme après moi vendre à l'encan mes rêves broyés
voilà déjà que mes paroles sèchent comme une feuille à ma lèvre humide


J'écrirai ces vers à bras grands ouverts qu'on sente mon cœur quatre fois y battre
Quitte à en en mourir je dépasserai ma gorges et ma voix mon souffle et mon chant
Je suis le faucheur ivre de faucher qu'on voit dévaster sa vie et son champ
Et tout haletant du temps qu'il y perd qui bat et rebat sa faux comme plâtre


J'ai choisi de donner à mes vers cette envergure de crucifixion
Et qu'en tombe au hasard la chance n'importe où sur moi le couteau des césures
Il me faut bien à la fin des fins atteindre une mesure à ma démesure
Pour à la taille de la réalité faire un manteau de mes fictions


Cette vie aura passée comme un grand château triste que tous les vents traversent
Les courants d'air claquent les portes et pourtant aucune chambre n'est fermée
Il s'y assied des inconnus pauvres et las qui sait pourquoi certains armés
Les herbes ont poussé dans les fossés si bien qu'on ne peut plus baisser la herse


Dans cette demeure en tout cas anciens ou nouveaux nous ne sommes pas chez nous
Personne à coup sûr ne sait ce qui le mène ici tout peut-être n'est qu'un songe
Certains ont froid d'autres ont faim la plupart des gens ont un secret qui les ronge
De temps en temps passent des rois sans visage On se met devant eux à genoux


Quand j'étais jeune on me racontait que bientôt viendrait la victoire des anges
Ah comme j'y ai cru comme j'y ai cru puis voilà que je suis devenu vieux
Le temps des jeunes gens leur est une mèche toujours retombant dans les yeux
Et ce qui l'en reste aux vieillards est trop lourd et trop court que pour eux le vent change


Ils s'interrogent sur l'essentiel sur ce qui vaut encore qu'on s'y voue
Ils voient le peu qu'ils ont fait parcourant ce chantier monstrueux qu'ils abandonnent
L'ombre préférée à la proie ô pauvre gens l'avenir qui n'est à personne
Petits qui jouez dans la rue enfants quelle pitié sans borne j'ai de vous
Je vois tout ce que vous avez devant vous de malheur de sang de lassitude


Vous aurez rien appris de nos illusions rien de nos faux pas compris
Nous ne vous aurons à rien servi vous devrez à votre tour payer le prix
Je vois se plier votre épaule A votre front je vois le plis des habitudes


Bien sûr vous me direz que c'est toujours comme cela mais justement
Songez à tous ceux qui mirent leurs doigts vivants leurs mains de chair dans l'engrenage
Pour que cela change et songez à ceux qui ne discutaient même pas leur cage
Est-ce qu'on peut avoir le droit au désespoir le droit de s'arrêter un moment

Et vienne un jour quand vous aurez sur vous le soleil insensé de la victoire
Rappelez-vous que nous avons aussi connu cela que d'autres sont montés
Arracher le drapeau de servitude à l'Acropole et qu'on les a jetés
Eux et leur gloire encore haletants dans la fosse commune de l'histoire

Songez qu'on arrête jamais de se battre et qu'avoir vaincu n'est trois fois rien
Et que tout est remis en cause du moment que l'homme de l'homme est comptable
Nous avons vu faire de grandes choses mais il y en eut d'épouvantables
Car il n'est pas toujours facile de savoir où est le mal où est le bien


Vous passerez par où nous passâmes naguère en vous je lis à livre ouvert
J'entends ce cœur qui bat en vous comme un cœur me semble-t-il en moi battait
Vous l'userez je sais comment et comment cette chose en vous s'éteint se tait
Comment l'automne se défarde et le silence autour d'une rose d'hiver

Je ne dis pas cela pour démoraliser Il faut regarder le néant
En face pour savoir triompher Le chant n'est pas moins beau quand il décline
Il faut savoir ailleurs l'entendre qui renait comme l'écho dans les collines
Nous ne sommes pas seuls au monde à chanter et le drame est l'ensemble des chants
Le drame il faut savoir y tenir sa partie et même qu'une voix se taise
Sachez-le toujours le chœur profond reprend la phrase interrompue
Du moment que jusqu'au bout de lui-même le chanteur a fait ce qu'il a pu
Qu'importe si chemin faisant vous allez m'abandonner comme une hypothèse

Je vous laisse à mon tour comme le danseur qui se lève une dernière fois
Ne lui reprochez pas dans ses yeux s'il trahit déjà ce qu'il porte en lui d'ombre
Je ne peux plus vous faire d'autres cadeaux que ceux de cette lumière sombre
Hommes de demains soufflez sur les charbons

A vous dire ce que je vois

LOUIS ARAGON
Revenir en haut Aller en bas
Andréa
MamaCatz
MamaCatz
avatar

Age : 60
Mood : ❤*mama douceur ❤
Chuis où? : * dans mon midi ♫♪♫

MessageSujet: Re: La poésie   Ven 30 Oct - 15:36

Il est très beau ce poème de rilke (que je ne connaissais pas dailleurs)


Celui de Aragon je le connaissais , et je le trouve très long , un peu sombre , mais très beau a la fois .
Celui ci est d'une personne que je connais ,qui a guidé mes premiers pas en matière de poèsie, et qui fait des ateliers mais je préserve son anonymat

Te souviens-tu?...

notre rencontre était un si joli malentendu.
Des fous rires, des rires de fous
de ces éclats qui brisent tout.
Hors du temps, hors de nous
de l'espoir inattendu.
Te souviens-tu?
Du cri de l'oiseau qui appelait,
du mur escaladé pour le sauver
de sa mort dans mes bras désespérés?
Te souviens-tu du blé,
de la pierre émerveillée,
de nos corps effleurés,
de nos chants étonnés?
Te souviens-tu de l'essentiel,
de nos rêves arc-en-ciel
dans le silence de nos yeux?
Te souviens-tu de nos émois
à être vrais toi et moi?
Te souviens-tu
de nos mots dits,de nos maux tus?


Je me souviens..pour toi..pour moi

__________________________________________________________________________________
 
" Nul ne peut porter la peine de l'autre,
mais marcher à ses cotés est toujours possible . . "
Association Manu"

      :zenmel:  http://le-coin-de-verdure-d-andrea.centerblog.net/
Revenir en haut Aller en bas
Ninou
NinbouCatz
NinbouCatz
avatar

Mood : Strong anyway & soooo happy!
Chuis où? : Tournée vers l'avenir.

MessageSujet: Re: La poésie   Ven 30 Oct - 16:07

Oh je repasserai ici plus tard, quand j'aurais un peu plus de temps mais personnellement j'aime beaucoup la poésie et notamment les écrits de Prévert

__________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La poésie   Ven 30 Oct - 18:58

Je ne connais pas suffisamment les règles de la poésie, tout cela je l'ai étudié au lycée mais ne m'en rapelle plus. Selon mon humeur j'ai une sorte de sympathie pour les poètes comme j'ai rencontré cet été dans un festival ( parfois je trouve cela inaccessible comme Colombine voire ennuyeux). Ce qui est sûr c'est que celui qui l'écrit y trouve un plaisir évident!

Jan de Boer récite ses poèmes en public et voici un aperçu de ce que ça donne:

(il faut imaginer un grand hollandais à la voix théâtrale et accent-uée)

une église romane, la clef dans la serrure, un banc en métal vert,
une croix au milieu du cimetière, le bon Dieu nous protège...
dans l'ombre de trois platanes un chien bâillant, un boulodrome,
des hommes en vêtements vieillis tirent et placent presqu'en silence,
un boulanger ambulant, une femme courbée promène un regard fureteur.
la vraie campagne

le bistrot immanquable avec une machine à sous foutue,
deux jeunes trainants en t-shirts et baskets, leur vélomoteurs poussés:
putain de m*rde, qu'est ce qu'on doit faire ici!
un tracteur moisi vert de sulfate passe lentement derrière
la cabine téléphonique, un annuaire déchiré. Inertie totale....
la vraie campagne!


C'est tellement ça^^
Revenir en haut Aller en bas
Ninou
NinbouCatz
NinbouCatz
avatar

Mood : Strong anyway & soooo happy!
Chuis où? : Tournée vers l'avenir.

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 4 Mai - 18:04

Tiens, heureusement que j'avais dit que je repasserai ici

Pas de la poésie mais l'extrait d'une chanson de Brel:
(je ne sais pas si on peut étendre ce topic à cela)

"Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir, et l'envie furieuse
d'en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer, et d'oublier ce qu'il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence,
aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout d'être vous."


- Jacques Brel -
Revenir en haut Aller en bas
Andréa
MamaCatz
MamaCatz
avatar

Age : 60
Mood : ❤*mama douceur ❤
Chuis où? : * dans mon midi ♫♪♫

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 4 Mai - 19:12

J'aime beaucoup les paroles de cette chanson Ninou
Une vrai poèsie et surtout des paroles qui donnent beaucoup de force quand on doit être un peu abattue
Tu dois les garder sous le coude , je vais les garder aussi ..

Je viens de trouver ce poème sur le printemps :

Renouveau




Du mois d 'avril au mois de mai


La terre se fait plus gentille


Un joli temps de jeune fille ,


Tire l 'aiguille,prend le dé .




Parfois un bel arc irisé


Pavoise l' averse qui brille .


Du mois d'avril au mois de mai


La terre se fait plus gentille




La violette est dans le pré ;


Dans la clairière , la jonquille


Sous l'arbre en espoir de famille


On entend le merle chanter


Du mois d 'avril au mois de mai .




Pierre Menanteau

__________________________________________________________________________________
 
" Nul ne peut porter la peine de l'autre,
mais marcher à ses cotés est toujours possible . . "
Association Manu"

      :zenmel:  http://le-coin-de-verdure-d-andrea.centerblog.net/
Revenir en haut Aller en bas
Adalina
HappyCatz
HappyCatz
avatar

Age : 33
Mood : famille
Chuis où? : dans mon nid

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 4 Mai - 19:36

Ninou j'aime beaucoup les paroles de Brel, il me touche énormément, c'est très intense!

__________________________________________________________________________________
"Le plus grand secret pour le bonheur, c'est être bien avec soi." Bernard le Bovier de Fontenelle
Revenir en haut Aller en bas
Phil
PapaCatz
PapaCatz
avatar

Age : 53
Mood : Nouveau Papa
Chuis où? : Au pays des cigognes

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 4 Mai - 20:30

Ninou

La première fois que j'ai lu des paroles de Brel, c'etait pour une étude de texte en classe de français

Citation :

Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un cœur pour deux
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d'antan
Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps
Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier
Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières ?
Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends ?

Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s'ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter
Les vieux ne bougent plus, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s'ils sortent encore bras dessus, bras dessous, tout habillés de raide
C'est pour suivre au soleil l'enterrement d'un plus vieux, l'enterrement d'une plus laide
Et le temps d'un sanglot, oublier toute une heure la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend

Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t'attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.



__________________________________________________________________________________
L\'éloquence sacrée, c\'est comme la musique religieuse: pas besoin de comprendre pour écouter. [Michel Audiard]
Revenir en haut Aller en bas
Pooky
ScratchyCatz
ScratchyCatz
avatar

Age : 47
Mood : roller coaster

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 4 Mai - 21:15

Brel est un poète Ninou, indéniablement

__________________________________________________________________________________
:

* Mon compte est bon ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.commeunchatausoleil.com
Ninou
NinbouCatz
NinbouCatz
avatar

Mood : Strong anyway & soooo happy!
Chuis où? : Tournée vers l'avenir.

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 4 Mai - 21:18

Andréa a écrit:
J'aime beaucoup les paroles de cette chanson Ninou
Une vrai poèsie et surtout des paroles qui donnent beaucoup de force quand on doit être un peu abattue
Tu dois les garder sous le coude , je vais les garder aussi ..

Je pense exactement comme toi!

Phil: j'aime beaucoup aussi Les Vieux, tellement vrai! Il y a de la réalité, même triste, même crue, dans ses textes, j'aime!

Pooky: oui
Revenir en haut Aller en bas
Simplegirl
DolceCatz
DolceCatz
avatar

Age : 25
Mood : En mode cocooning
Chuis où? : Arras

MessageSujet: Re: La poésie   Ven 14 Mai - 16:37

Je ne lis pas de la poésie par plaisir mais plutôt par contrainte scolaire , c'est pas quelque chose qui me touche , je n'y suis pas sensible . Je suis obligée d'en lire pour les cours . Je n'aime pas les lire mais j'adore faire des commentaires de poème , cherche les références , à quoi certaines expressions renvoient , les figures employées ...
Revenir en haut Aller en bas
Malou
Tendre Catz
Tendre Catz
avatar

Age : 30
Chuis où? : Région parisienne

MessageSujet: Re: La poésie   Lun 22 Nov - 17:52

Je viens de découvrir ce poème, lors de la cérémonie d'incinération sur la mort et je l'ai trouvé très vrai mais en même temps sobre et juste.
La mort n'est rien,
je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,
parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent,
ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez,
pensez à moi,
priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l'a toujours été,
sans emphase d'aucune sorte,
sans une trace d'ombre.

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.

Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort 1910
Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin
Revenir en haut Aller en bas
http://glitterswonders.wordpress.com
Pooky
ScratchyCatz
ScratchyCatz
avatar

Age : 47
Mood : roller coaster

MessageSujet: Re: La poésie   Lun 22 Nov - 21:17

c'est magnifique Malou!

__________________________________________________________________________________
:

* Mon compte est bon ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.commeunchatausoleil.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La poésie   Lun 22 Nov - 21:19

Je plussoie, merci pour le partage Malou.
Revenir en haut Aller en bas
Malou
Tendre Catz
Tendre Catz
avatar

Age : 30
Chuis où? : Région parisienne

MessageSujet: Re: La poésie   Lun 22 Nov - 23:50

Je le trouve vrai et juste. Triste mais pas dans le pathos.
Revenir en haut Aller en bas
http://glitterswonders.wordpress.com
Andréa
MamaCatz
MamaCatz
avatar

Age : 60
Mood : ❤*mama douceur ❤
Chuis où? : * dans mon midi ♫♪♫

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 14 Déc - 10:22

Je n'avais pas vu ce poème malou !
mais je le trouve vraiment beau et comme tu le dis assez "optimiste" malgrés le sujet ..

__________________________________________________________________________________
 
" Nul ne peut porter la peine de l'autre,
mais marcher à ses cotés est toujours possible . . "
Association Manu"

      :zenmel:  http://le-coin-de-verdure-d-andrea.centerblog.net/
Revenir en haut Aller en bas
Nina
Alcolo-Cheap Catz
Alcolo-Cheap Catz



MessageSujet: Re: La poésie   Mar 14 Déc - 10:39

J'aime la vraie poésie littéraire classique. Je suis franchement hermétique au reste: je suis pas du tout sentimentale.
Mes poètes préférés sont François Villon, Louise Labé, Rimbaud et Lautréamont.
Mais j'ai aussi adoré les Champs magnétiques.
Et en homme de théâtre poète, je voue un culte à Racine.
J'aime aussi Théophile de Viau, et Maurice Scève, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas
Hermione
Foodist'Catz
Foodist'Catz
avatar

Age : 56
Mood : vagabonde
Chuis où? : Lausanne, Suisse

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 14 Déc - 13:24

J'ai beaucoup lu de poésie quand j'avais une quinzaine d'années, maintenant je n'en lis plus et c'est bien bête.
J'aime, dans le désordre, Baudelaire, Apollinaire, Rimbaud, Prévert, Aragon, Hugo, Eluard, Ronsard, Du Bellay. Je n'aime pas les poètes modernes hermétiques comme Celan.
J'ai aussi pas mal écrit de poésie quand j'avais entre 15 et 25 ans. Quand je les relis je les aime toujours, mais c'est probablement parce qu'ils collent si bien à moi...
Revenir en haut Aller en bas
http://lasemainedunegourmette.wordpress.com/
Arthé
красавица Catz
красавица Catz
avatar

Age : 35
Mood : Sereine
Chuis où? : Ici et là

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 14 Déc - 15:05

J'aime beaucoup la poésie, mais c'est tellement personnel que je comprends tout à fait qu'on n'aime pas du tout ou qu'on y soit insensible.
Mon poète français préféré est Louis Aragon et tout après viennent Guillaume Apollinaire et René Char.

Dans les rues de la ville il y a mon amour. Peu importe ou il va dans le temps divisé. Il n’est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus, qui au juste l’aima ?
Il cherche son pareil dans le vœu des regards. L’espace qu’il parcourt est ma fidélité. Il dessine l’espoir et léger l’éconduit. Il est prépondérant sans qu’il y prenne part.

Je vis au fond de lui comme une épave heureuse. A son insu, ma solitude est son trésor. Dans le grand méridien où s’inscrit son essor, ma liberté le creuse.

Dans les rues de la ville il y a mon amour. Peu importe ou il va dans le temps divisé. Il n’est plus mon amour, chacun peut lui parler. Il ne se souvient plus, qui au juste l’aima et l’éclaire de loin pour qu’il ne tombe pas ?


René Char
Allégeance
Revenir en haut Aller en bas
http://aglaeleblog.blogspot.fr/
Nina
Alcolo-Cheap Catz
Alcolo-Cheap Catz



MessageSujet: Re: La poésie   Mer 22 Déc - 12:24

J'aime beaucoup Celan, mais je ne le trouve pas si hermétique que cela cogite
Oh si j'adore Rainer Maria Rilke aussi, notamment les Elegies de Duino.
Et Vladimir Holan Une nuit avec Hamlet. Il avait écrit un poème super émouvant aussi sur la déchirure de la nation tchèque après Munich.

Et en cadeau, un de mes poèmes préférés de Rimbaud:

Bien après les jours et les saisons, et les êtres et les pays,
Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques; (elles n'existent pas.)
Remis des vieilles fanfares d'héroïsme - qui nous attaquent encore le coeur et la tête - loin des anciens assassins -
Oh! Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques; (elles n'existent pas.)
Douceurs!
Les brasiers, pleuvant aux rafales de givre, - Douceurs! - les feux à la pluie du vent de diamants jetée par le coeur terrestre éternellement carbonisé pour nous.
- O monde! -
(Loin des vieilles retraites et des vieilles flammes, qu'on entend, qu'on sent,)
Les brasiers et les écumes. La musique, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres.
O Douceurs, ô monde, ô musique! Et là, les formes, les sueurs, les chevelures et les yeux, flottant. Et les larmes blanches, bouillantes, - ô douceurs! - et la voix féminine arrivée au fond des volcans et des grottes arctiques.
Le pavillon...


J'aime beaucoup Aragon, Arthénice duss
Revenir en haut Aller en bas
Guessemma
DreamyCatz
DreamyCatz
avatar

Age : 34
Mood : bébétifiée
Chuis où? : à Paris

MessageSujet: Re: La poésie   Mer 22 Déc - 20:05

Je suis contente que ce topic remonte ! (même si ça me rappelle que je ne lis plus rien... neutral)

Arthé, le poème que tu as posté est juste magnifique, et je ne le connaissais pas - merci ! coeur de zib

__________________________________________________________________________________
"Enchantée encore de mon rêve, je m'étonne d'avoir changé, d'avoir vieilli pendant que je rêvais..."
Revenir en haut Aller en bas
Goblinlaya
DouceCatz
DouceCatz
avatar

Age : 30
Mood : Epanouie
Chuis où? : Seine et Marne

MessageSujet: Re: La poésie   Mer 22 Déc - 21:25

Mon poème préféré. Il est de Rimbaud également :

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

__________________________________________________________________________________
Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d'y rester Proverbe indien
Mon blog de lecture

Revenir en haut Aller en bas
Nina
Alcolo-Cheap Catz
Alcolo-Cheap Catz



MessageSujet: Re: La poésie   Mar 8 Juil - 12:52

Encore


Dans les wagons plombés
Des prénoms traversent la contrée,
Mais jusqu'où ils voyageront,
Si un jour ils en descendront,
Je n'en sais, je ne vous dirai rien.


Prénom Nathan cogne contre la cloison,
prénom Isaac hurle et chante sa folie,
prénom Sarah pour deux gouttes d'eau supplie,
puisque se meurt de soif le prénom Aaron.


Ne saute pas dans le vide, prénom David.
Ce prénom te flétrit pour la vie,
Ce prénom on ne le donne à personne,
C'est trop lourd à porter par ici.


Que ton fils porte un nom slave et blond,
Car ici, chaque cheveu on recense
Car ici on sépare le bon grain de l'ivraie
D'après tes paupières et d'après ton prénom.


Ne saute pas. Que ton fils s'appelle Lech.
Ne saute pas, Ce n'est pas encore l'heure.
Ne saute pas. La nuit rit aux éclats,
Et ricanent les wagons sur la voie.


Un nuage humain passe sur le pays,
Grand nuage, et une larme pour toute pluie,
Petite pluie, rien qu'une larme, quelle sécheresse.
Et les rails dans le noir disparaissent.


C'est comme ça - fait la roue. Pas de clairière.
C'est comme ça - train de cris à travers bois.
C'est comme ça - dans la nuit, je l'entends.
C'est comme ça - le silence cogne le silence.

J'ai pensé à ce poème l'autre jour.
Revenir en haut Aller en bas
Thalie
Dextra Catz
Dextra Catz
avatar

Age : 32
Chuis où? : sur un nuage

MessageSujet: Re: La poésie   Mar 8 Juil - 19:29

Ah c'est marrant, moi je suis comme Colombe le disait plus haut, pas fan de la poésie. J'en lis pas, ça ne me touche pas des masses.

Un poème que j'adore, je le connaissais par cœur à un moment :
Mors
Je vis cette faucheuse. Elle était dans son champ.
Elle allait à grands pas moissonnant et fauchant,
Noir squelette laissant passer le crépuscule.
Dans l'ombre où l'on dirait que tout tremble et recule,
L'homme suivait des yeux les lueurs de la faulx.
Et les triomphateurs sous les arcs triomphaux
Tombaient ; elle changeait en désert Babylone,
Le trône en échafaud et l'échafaud en trône,
Les roses en fumier, les enfants en oiseaux,
L'or en cendre, et les yeux des mères en ruisseaux.
Et les femmes criaient : - Rends-nous ce petit être.
Pour le faire mourir, pourquoi l'avoir fait naître ? -
Ce n'était qu'un sanglot sur terre, en haut, en bas ;
Des mains aux doigts osseux sortaient des noirs grabats ;
Un vent froid bruissait dans les linceuls sans nombre ;
Les peuples éperdus semblaient sous la faulx sombre
Un troupeau frissonnant qui dans l'ombre s'enfuit ;
Tout était sous ses pieds deuil, épouvante et nuit.
Derrière elle, le front baigné de douces flammes,
Un ange souriant portait la gerbe d'âmes.

Victor Hugo

__________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Nina
Alcolo-Cheap Catz
Alcolo-Cheap Catz



MessageSujet: Re: La poésie   Lun 13 Oct - 15:01

Sinon en poètes depuis ma dernière incursion sur ce sujet, j'ai découvert ou redécouvert:

-Wislawa Szymborska, une poétesse polonaise, qui a eu le prix Nobel de littérature en 1996. Peu de ses poèmes sont traduits en français, mais j'adore ce que j'ai lu d'elle, c'est tellement vrai, sensible, intelligent, tout en pudeur et en finesse, même sur des moments anodins et quotidiens de la vie:

Sortie de cinéma


Des rêves miroitaient sur la toile blanche.
Deux heures passées sous l'écaille lunaire.
Il y eut l'amour sur un air nostalgique,
Il y eut l'heureux retour au terme de l'errance.


Le monde après ce conte est gris, brouillard.
Pas de rôles, pas d'intéressants visages.
Les regrets du maquis chantés par le soldat
Et la fille qui joue les regrets de son âge.


Je reviens à vous, au monde vrai,
Plein de hasards, grouillant, sombre -
À toi, le manchot tapi sous le porche
À toi, la fille aux yeux vains.


-Yves Bonnefoy. J'avais découvert au lycée les Planches courbes, mais il a écrit beaucoup d'autres choses. Vous connaissez?

Et si demeure
Autre chose qu'un vent, un récif, une mer,
Je sais que tu seras, même de nuit,
L'ancre jetée, les pas titubant sur le sable,
Et le bois qu'on rassemble, et l'étincelle
Sous les branches mouillées, et, dans l'inquiète
Attente de la flamme qui hésite,
La première parole après le long silence,
Le premier feu à prendre au bas du monde mort.


Le bonheur ne m’a guère souri sur cette terre.
Où vais-je ? Je cherche dans ces montagnes
Le silence, la paix du cœur. C’est ma patrie,
Je n’errerai plus jamais loin d’elle.
Les cimes de partout redeviennent bleues,
Vais-je te dire adieu ? Non, qu’à jamais,
A jamais bruisse l’eau, refleurisse l’herbe !


-et Constantin Cavafy, je ne sais pas si vous connaissez?

J’ai tant fixé la beauté (1917)



J’ai tant fixé la beauté

Que mes yeux en sont pleinement emplis.

Lignes du corps,

lèvres rouges,

membres voluptueux.



Chevelures semblant tomber des statues grecques,

toujours belles même quand échevelées

elles retombent un peu sur un front blanc.



Visages de l’amour comme le désirait mon poème…

Visages à peine entrevus, dans mes nuits,

dans les nuits de ma jeunesse…



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La poésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
La poésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Coussin du Chat :: Coussin Public :: Au fil des jours :: Lectures, ciné, musées...-
Sauter vers: